Lana Del Rey

Une voix Un rêve

Lana Del Rey, par lastfm.fr

                Le phénomène Lana Del Rey est apparu aussi rapidement que la mer en marée haute dans la baie du Mont Saint-Michel. De son vrai nom Elizabeth Grant, sa renommée fut immédiatement mondiale. Son nouveau pseudonyme est un mélange de Lana Turner (femme fatale des films noirs américains) et de la voiture « Chevrolet Delray » produite entre 1954 et 1958. Née en 1986, l’artiste a su conquérir le monde en seulement deux titres emblématiques, « Video Games » et « Blue Jeans », qui l’ont popularisé et ont suscité un engouement éclair sur le web, puis présents dans son premier album « Born to Die » sorti en janvier 2012. Ressorti avec huit nouveaux titres supplémentaires dans « The Paradise Edition » fin 2012, elle confirme sa présence méritée parmi les meilleures artistes actuelles.

Couverture de son album « Born To Die – The Paradise Edition » (2012)

                 Lana, new-yorkaise à la voix enchanteresse aux doux échos graves, fait résonner un glamour hollywoodien disparu, qui nous rappelle Lana Turner donc, mais aussi Rita Hayworth (actrice américaine surnommée « la Déesse de l’Amour », sex-symbol des années 1940) et Veronica Lake (voir Rubrique Cinéma). « Lizzy » est également fortement imprégnée des films de David Lynch et Alfred Hitchcock, leurs influences se ressentant dans les clips qu’elle réalise elle-même à partir de vidéos qu’elle trouve sur la Toile. Sa voix, dans les aigus, est souvent comparée à un aspect léger de « petite fille », mais sa facilité à jongler avec le timbre grave et jazzy la rend unique et captivante, dans un registre varié de pop à indie pop, alternatif…

                Depuis l’été 2011, elle a créé le buzz sur la toile. Les avis divergent, entre simple produit commercial créé artificiellement par une industrie, ou véritable étoile. Mais si la polémique perdure, les mois écoulés depuis avec des musiques toujours si plaisantes renforcées avec la deuxième version de son album au titre phare « Ride » (inspiré du film de Denis Hopper « Easy Rider » (1969), véritable fresque sur la liberté), font d’elle, avec sa voix inimitable, une invitation à rêver. Sa musique dans les oreilles, nous partons sur les mythiques highways, interminables, sous le chaud soleil californien bien sûr.

Lana Del Rey - "Ride" Video

Lana dans son clip « Ride », par Tom Breihan

                 Si elle est continue d’être l’objet de critiques, elle a été récompensée aux BRIT AWARDS dans la catégorie « Révélation internationale » et « Meilleure artiste féminine internationale de l’année » respectivement en 2012 et 2013. « Video Games » a par ailleurs été élu chanson de l’année 2011 par le magazine musical anglais NME.

                Petite anecdote : la jeune chanteuse de 27 ans a déjà enregistré un album il y a quelques années sous le nom de Lizzy Grant, mais qui n’a jamais quitté les tiroirs du bureau de son producteur. Il doit aujourd’hui s’en mordre les doigts. Plus jeune, elle déclarait simplement vouloir être comme les artistes talentueux qu’elle prenait comme modèle, puisqu’elle avait peu d’amis pour se faire conseiller. Elle rêvait d’aller à la rencontre des autres, de tomber amoureuse. C’est ça qui fait son charme : sa beauté et son discours innocent, emplit d’élégance et de pureté. Être candide n’est pas un défaut : cela permet de continuer en grandissant à rêver tout haut. Multiplier son imagination et ses rêves permet d’être toujours aussi propice à l’invention et de s’évader… Aussi légère que l’air, Lana n’est que l’objet de critiques des plus terre-à-terre.

Lana, par le figaro.fr

Antoine Le Grix.

Copyright © -citemusport- Tous droits réservés.

 

Ce contenu a été publié dans Musique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.