Ryan Gosling – La Faille (Cycle policier-drame-film noir spécial justice 2/5)

Une vedette Un film

          « La Faille« , réalisée en 2007 par l’américain Gregory Hoblit, est loin d’atteindre la popularité retentissante des autres métrages de Ryan Gosling. « Drive » (2011), « The Place Beyond the Pines » (2012), ou encore « Only God Forgives » (2013) furent eux, au-delà d’une rampe de lancement pour l’acteur, des succès incontestés.

761632-ryan-gosling-dans-la-faille-diapo-1

Il est jeune, hein ? Ryan Gosling dans « La Faille » (2007), par ozap.com

      « La Faille » est plus modeste, plus discret. La critique plus bancale. Pourtant, nous avons un casting cinq étoiles : Gosling en jeune procureur talentueux, monté au créneau dans un procès qui l’oppose à l’assassin Anthony Hopkins ; ce dernier étant passé maître dans l’art de jouer un tueur psychopathe (coucou Hannibal Lecter, notamment visible dans « le Silence des Agneaux » de 1991…). La distribution est complétée par d’agréables seconds rôles, dont la supérieure de Gosling dans le film est assurée par la britannique Rosamund Pike, figure habituelle d’Hollywood (James Bond Girl dans « Meurs un autre jour » en 2002 et visible dans l’épatant « Gone Girl » de 2014).

lafaille2

Un meurtre méticuleux par un habitué du genre : Anthony Hopkins… par lalutotale.com

        Dans cette histoire, Anthony Hopkins découvre que sa femme a un amant et la tue. Il se rend ensuite sans résistance. Au procès, il se défend seul alors que Ryan Gosling tente de le condamner pour son crime. Hopkins va alors dévoiler ses talents machiavéliques : tout était orchestré pour ne rien laisser au hasard. L’inspecteur découvrant le corps connaissait sa femme, l’arme ayant servie au meurtre se retrouve contestée. Tout reste à prouver et tout semble alors réuni pour le reconnaître innocent, quand bien même sa culpabilité est évidente.

        Ce film, qui met en scène l’habituel héros justicier américain, confronte rapidement ce dernier aux méandres compliquées du droit anglo-saxon. Pour reprendre le compagnon de cellule d’Edmond Dantès dans « le Comte de Monte-Cristo » d’Alexandre Dumas, « la justice a des allures sombres et mystérieuses qu’il est difficile de pénétrer »…

la-faille-france-2-un-duel-psycho-judiciaire-entre-anthony-hopkins-et-ryan-gosling_news_full

Le mano-à-mano intense entre Gosling et Hopkins devant les juges, par programme-television.org

      En approfondissant un peu dans le droit, une chose va faire basculer ce procès ; entre révélation salvatrice et conduite aux enfers : l’autorité de la chose jugée. Un des principes naturels du droit dans les démocraties contemporaines, est en effet de ne pouvoir être jugé deux fois pour la même incrimination. Autrement dit, en dehors des voies légales de recours (épuisables), on ne peut être assigné en justice pour les mêmes faits lors de deux procès différents. Si on laisse passer sa chance une fois, c’est trop tard : Gosling va l’apprendre à ses dépens dans « La Faille », et l’on savoure.

dvd-la-faille

L’affiche du film, par cdiscount.com

Antoine Le Grix.

Copyright © -citemusport- Tous Droits Réservés.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.