Martin Fourcade

Un athlète Un exploit

2000x2000Fourcade20012017cm256

Martin Fourcade, un géant sur les skis (janvier 2017 à Antholz, Italie), par ski-nordique.net

       A quelle hauteur placer Martin Fourcade dans le Panthéon du sport français ? Assurément, il pourrait truster les tous premiers rangs, au côté d’un autre champion dont la performance titanesque encore en cours d’écriture est sous-estimée : Teddy Riner (judo).

          Car le problème de ces deux monuments est le problème que rencontrent tous les sportifs iconiques : ils banalisent l’exceptionnel. Et pour cela leurs faits d’armes passent, à tort, pour des choses habituelles.

             Martin Fourcade, né en 1988 dans les Pyrénées, a fait des montagnes son lieu de vie quotidien. Bien en a fait au sport français, qui se voit offrir l’un des plus grands palmarès de tous les temps. Depuis ses débuts professionnels en biathlon en 2007, sport d’hiver qui conjugue ski de fond et tir à la carabine, il surfe sur des hauteurs égalées seulement par LA légende norvégienne de son sport, Ole Einar Bjorndaelen. On demande pardon aux deux pour continuer cet article en se focalisant surtout sur des statistiques comparatives -approche évidemment réductrice-, mais il s’agit là également d’une composante essentielle au sport. Et quoi de mieux pour se rendre compte du talent de Fourcade que ses temps de passage par rapport au monstre sacré de la discipline ?

martin-fourcade-lors-de-la-competition-masculine-de-20-km-au_880532_516x343

Bjorndaelen dans le viseur de Fourcade, par lindependant.fr

           Du coup, c’est parti : on ne vous ment pas quand on place notre Martin national dans les plus hautes sphères du sport français. Car son exploit est sûrement de grignoter, jour après jour, les records du norvégien que l’on pensait inatteignables. La saison actuelle 2016-2017 en est déjà pour cela un moment historique. A part cataclysme, Fourcade est en lice pour emporter son sixième Gros Globe de cristal ; qui lui permettrait d’égaler Bjorndaelen. Mais la performance est d’autant plus remarquable que le français assoie une domination sans partage sur son sport : ses cinq et bientôt six globes (oui allez, mouillons-nous) ont été gagnés consécutivement depuis la saison 2011-2012, tandis que Bjorndaelen, qui a aujourd’hui 43 ans, a conquis ses cinq avec des années de coupure, sur une période de onze ans entre le premier et le dernier. Fourcade n’a que 28 ans ; imaginez jusqu’où il est capable de nous emmener par la suite en terme de palmarès…

             Preuve de son écrasante apogée, Fourcade a déjà remporté 22 globes de cristal, en comptant ses Gros globes (récompensant le classement général) et ses Petits globes (récompensant un classement pour chacune des quatre catégories de course du biathlon : individuelle, mass start, sprint et poursuite). Le norvégien s’est arrêté à 25. Au-delà du cru  2016-2017 où il devrait remporter le classement général, trois globes de spécialité devraient également tomber dans sa besace (l’individuelle est déjà gagnée, le sprint et la poursuite le sont quasiment). Le globe de la mass-start est moins bien engagé, mais cela ferait tout de même un total de 25 globes à la fin de la saison pour l’égaler. Par ailleurs, Fourcade a déjà réalisé deux grands chelems (gagner tous les globes en une saison) en 2012-2013 et 2015-2016 et il manquera sans doute d’un cheveu la réalisation d’un troisième cette année. Bjorndaelen, même au temps de son exploitante splendeur, n’en a réalisé aucun tant la difficulté de performer sur tous les fronts est… Difficile, justement. Pas pour Fourcade !

Mondiaux-de-biathlon-Martin-Fourcade-remporte-la-poursuite

Martin le biathlète, carabine dans le dos, savourant son 10ème titre mondial le 12 février 2017 à Hochfilzen (Autriche), par europe1.fr

           En janvier 2017, Fourcade a engrangé sa soixantième victoire sur le circuit de la Coupe du monde de biathlon. Bjorndaelen en est à 95. Mais à 28 ans, ce dernier n’en avait conquis « que » 30… Moitié moins. S’il continue sur des bases honorables à raison de 5 ou 6 victoires par saison, il ne faut que six ans au français pour battre le record du nordique. Et quand on voit la longévité de celui-ci, en activité à 43 ans et signant encore des podiums, Fourcade a le temps…

            Il est évident qu’une médaille en biathlon, sans vouloir manquer de respect à ces athlètes, peut être plus « facile » à obtenir qu’en athlétisme par exemple, où les seules médailles comptables sont celles de championnats du monde ou de Jeux Olympiques. L’affolant palmarès de Fourcade ou Bjorndaelen reste tout de même stratosphérique. Pour comparer : un joueur de tennis participe environ à 18 tournois par an. La référence recordman Roger Federer (voir rubrique Sport) y totalise 89 titres. Ah, vous la voyez la perf’ là, dans un sport où l’on remet en jeu la couronne à chaque tournoi ? Et bien 89, ce sont les temps de passage d’un Bjorndaelen et bientôt d’un Fourcade. En biathlon, la saison propose en moyenne 25 courses. Autre exemple : en ski alpin, la légende suédoise absolue Ingemar Stenmark est à 86 succès, à une époque où l’on pouvait concourir environ à 33 courses par saison (époque 70-80, pour 44 possibilités aujourd’hui). Les comparaisons se tiennent… Mais la faute à un sport bien moins médiatisé ; voilà Martin à une place un peu plus discrète que d’autres dans l’histoire du sport.

               Pour réaliser encore mieux la domination exceptionnelle qu’une poignée d’athlètes seulement réalisent un jour au cours d’une carrière, il suffit de voir le début d’exercice 2016-2017 : sur les 13 premières courses du calendrier, le français s’est imposé 10 fois. Il a au moins trusté un podium sur les 8 premières. Il a signé cinq victoires consécutives (record de Bjorndaelen égalé), réparties sur deux semaines de compétition !

biathlete-Martin-Fourcade-vainqueur-poursuite-Ruhpolding-Allemagne-15-janvier-2017_0_1400_869

10ème victoire sur 13 courses individuelles disputées, le 15 janvier 2017 à Ruhpolding (Allemagne), par la-croix.com

          Aux championnats du monde à Hochfilzen (Autriche) en février 2017, il a failli réaliser un Grand Chelem de médailles, échouant sur la dernière épreuve à la 5ème place. Dans les cinq autres, il a glané une médaille d’or, deux d’argent et deux de bronze. C’est certes moins bien que sa campagne 2016 où il avait remporté cinq médailles (dont quatre en or !), mais le bilan reste inégalé ces dernières années et le biathlète vient juste nous rappeler finalement, qu’après un début de saison de mutant, il reste humain.

ff

10ème médaille d’or aux Mondiaux sur la poursuite, par europe1.fr

            Encore en lice pour battre le record de victoires sur une saison (détenu par vous-savez-qui, avec 12 succès contre 11 actuellement pour notre frenchie), il lui reste sept courses pour y arriver ! Malgré cela, il envisage de zapper la fin de saison pour assister à la naissance de son enfant. Car rendez-vous compte : avec 330 points d’avance sur son dauphin au classement général, Fourcade peut rester n°1 avec un peu plus de 5 courses d’avance, sans y participer, le temps que les autres rattrapent leur retard.

              La majeure partie des français ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont de voir un tel champion évoluer à de telles sphères encore aujourd’hui. Esthète de la glisse et maestro sur les skis (il signe régulièrement les meilleurs temps, hors tirs), il a déjà suffisamment prouvé qu’il était capable de résister à la pression pour être à l’un des meilleurs pourcentages de réussite à la carabine (91%). Tout comme un Roger Federer, un Usain Bolt (voir rubrique Sport) qui partira sans doute à la retraite l’année prochaine, ou un Teddy Riner évoqué plus haut, pouvoir assister à leurs prestations à l’heure actuelle est un privilège tant ils jouent de leur sport comme des virtuoses. Avec eux, l’heure n’est plus au jugement, mais au spectacle. Alors, un conseil : asseyez-vous, regardez, et profitez.

l-allemand-benedikt-doll-c-vainqueur-du-sprint-aux-mondiaux-de-biathlon-devant

Un Martin (à droite) 3ème du sprint des Mondiaux le 11 février 2017 et tout sourire malgré tout, par boursedirect.fr

Antoine Le Grix.

Copyright © -citemusport- Tous Droits Réservés.

Ce contenu a été publié dans Sport, Sports d'hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.